La Belgique championne de la taxation des salaires

La Belgique figure en tête des pays de l’OCDE dans lesquels la pression fiscale sur les salaires est la plus élevée, pesant sur le revenu disponible des ménages.

La part totale des impôts payés par les salariés et les employeurs, diminuée des transferts en espèces, est, en Belgique, supérieure d’au moins 15 points à la moyenne de l’OCDE, quelle que soit la composition du foyer, et l’écart avec la moyenne s’est creusé depuis 2000, indique l’Organisation de coopération et de développement économiques dans son étude annuelle intitulée « Les impôts sur les salaires ».

Pour un célibataire sans enfant, le total des impôts et des cotisations sociales, qu’ils soient payés par l’employeur ou par le salarié, atteignait ainsi 55,4% du salaire moyen en Belgique l’an dernier. Dix ans plus tôt, en 2000, ce taux atteignait 57,1%.

Derrière la Belgique, la France et l’Allemagne, où les coins fiscaux, c’est-à-dire le total des impôts et des cotisations sociales qu’ils soient payés par l’employeur ou par le salarié, s’élèvent respectivement à 49,3% et 49,1%. A l’autre extrémité du classement figurent le Chili (7%), le Mexique (15,5%) et la Nouvelle-Zélande (16,9%).

La pression est moins forte pour un couple marié avec deux enfants et ne disposant que d’un seul salaire. C’est la France qui occupe la première place du classement OCDE pour cette catégorie, avec un taux de pression de 42,1%, supérieur de plus de 17 points à la moyenne (24,8%). Ce taux est de 39,6% en Belgique et 37,2% en Italie. En 2000, en Belgique, ce taux était plus élevé, à 42,6%.

La charge moyenne exercée par l’impôt sur le revenu et les cotisations sociales sur les revenus salariaux s’est alourdie l’an dernier dans 22 des 34 pays membres de l’organisation, précise le rapport, interrompant un mouvement de baisse observé depuis 2000.

Les Pays-Bas, l’Espagne et l’Islande ont été parmi les pays qui ont enregistré des augmentations importantes, tandis que le Danemark, la Grèce, l’Allemagne et la Hongrie ont été parmi ceux qui faisaient apparaître les plus fortes baisses.

Si en Belgique, la charge moyenne n’a pas augmenté, elle reste néanmoins la plus élevée des 34 pays membres de l’OCDE.

Dans son rapport, l’OCDE estime que « les gouvernements devraient envisager de modifier la structure fiscale en mettant plus l’accent sur les impôts indirects que sur les impôts directs ».

Elle préconise l’élargissement de l’assiette de la TVA et de l’impôt sur le revenu des personnes physiques par la suppression de dépenses fiscales, les fameuses niches.

source : l’écho

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :