« Opération réduction » chez les lessiviers en juin

Procter & Gamble, Unilever et Henkel vont réduire les formats de tous leurs bidons de lessives liquides en juin. Une décision qui va permettre d’économiser 400 000 tonnes de liquide, 16 000 tonnes d’emballage plastique, et diminuer le trafic routier de 14 000 camions par an.

Toutes les grandes marques de lessive passent au régime sec en juin. Les trois grands fabricants européens, Procter & Gamble (Ariel, Dash, Bonux…), Henkel (Le Chat, Xtra, Mir…) et Unilever (Persil, Skip…) ont décidé de concentrer leurs lessives liquides. Désormais, la dose de lessive nécessaire pour un lavage en machine sera réduite à 75 mL contre 110 mL jusqu’à prséent.

Une décision prise de concert, dans le cadre du bureau européen de l’Association internationale des industriels des savons et détergents (AISE), motivée, selon les fabricants, par le souci de « mieux respecter l’environnement ». Tous les emballages vont perdre environ un tiers de leur taille. A titre d’exemple, le volume d’un bidon de 27 lavages ne sera plus de 3 litres mais de 2 litres !

MOINS DE CAMIONS SUR LES ROUTES

Cette mesure devrait permettre d’économiser, au niveau européen, 400 000 tonnes de liquide, 16 000 tonnes de matières plastique, et l’équivalent en volume de 14 000 camions chaque année. Unilever a devancé cette initiative dès le mois de mars, abandonnant les gros bidons de 5 litres, au profit de bidons de 3 litres, assurant le même nombre de lavages.

De son côté, Procter & Gamble, leader en France du soin du linge, estime que cette décision va permettre des économies sur une année de 28 millions de litres de lessive liquide, 1 000 tonnes de packaging et l’équivalent de 930 camions de moins sur les routes, soit environ 30 000 palettes en moins.

Mais ces « économies » pour l’environnement et pour les fabricants ne devraient pas se retrouver dans le porte-feuille des consommateurs. Les lessiviers n’ont pas souhaité réduire leurs prix de vente. « La reformulation a nécessité d’énormes investissements et 2 années de recherche et développement », souligne Isabelle Dresco, responsable marketing soin du linge chez Procter & Gamble, sans plus de précisions.

DE NOUVEAUX BIDONS

Les process de fabrication ont dû également être revus. L’usine d’Amiens (Somme), qui produit les lessives liquides Ariel ou Dash pour toute l’Europe a dû adapter ses lignes aux nouveaux formats de bidons, élaborés en collaboration avec son sous-traitant Alpla, qui remplacent des formes âgés de 30 ans ! Mais là encore, Procter & Gamble reste discret sur les modifications et investissements sur ses lignes de production.

En 2010, le marché français des lessives a pesé 1,3 milliard d’euros, soit l’équivalent de 5,7 milliards de lavages par an. Les Français font en moyenne 3 lessives par semaine. Les consommateurs plébiscitent les lessives liquides, au détriment des poudres traditionnelles. Les liquides représentent actuellement 75% des lessives vendues, et les poudres les 25% restants.

Année après année, les liquides gagnent du terrain. En 2010, leur part de marché a augmenté de 4,8 points par rapport à 2009.

source : l’usine

++++

Face à la condamnation de 3 entreprises leaders dans le marché des lessives, le CRIOC invite les consommateurs à choisir des produits éthiques, respectueux de l’être humain et de son environnement.

Unilever, Procter & Gamble, Henkel ont pendant 3 ans floué des millions de consommateurs belges, français, allemands, hollandais, grecs, italiens, portugais et espagnols en formant un cartel chargé de s’entendre sur les prix à faire payer aux consommateurs.

Pendant 3 ans de janvier 2002 à mars 2005, ces 3 entreprises se sont partagé les parts de marché et se sont entendues pour ne pas baisser les prix quand la taille des paquets diminuait.

L’amende infligée par la Commission Européenne s’élève à 315 millions d’euros dont 104 millions pour Unilever et 211 millions par Procter & Gamble.

Si le cartel est apparu au grand jour cest parce que l’un des partenaires, Henkel, l’a dénoncé devant les autorités européennes évitant de ce fait l’amende.

Le comble : Les trois groupes avaient utilisé pour se concerter une organisation professionnelle au sein de laquelle les fabricants de détergents tentent d’améliorer les performances écologiques de leurs produits. Sans doute une nouvelle forme de greenwashing !

Quelques marques fabriquées et/ou vendues par les 3 entreprises concernées

source : crioc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :