Alken-Maes s’offre une sixième marque forte +Alken-Maes met de la téquila dans son casier

La brasserie Alken-Maes grignote des parts du marché belge. L’an dernier, la filiale du Néerlandais Heineken a gagné 0,5% pour atteindre 11,8% de part de marché. « Et à fin mars, nous avons encore progressé de 0,5% sur 12 mois, selon les derniers chiffres Nielsen », précise le directeur général Pascal Gilet.

Le numéro deux du marché, qui se positionne à la fois loin derrière le leader AB InBev et loin devant ses poursuivants Brasserie de Haacht et Duvel Moortgat, a brassé 1,4 million d’hectolitres l’an dernier et dégagé un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros. Si l’on exclut les frais liés aux opérations de réorganisation issues du passé (le groupe belge comptait une vingtaine de sociétés différentes, qu’il a fallu réduire et recalibrer), Alken-Maes est bénéficiaire, précise la direction qui ne veut toutefois pas dévoiler le détail de ses chiffres. Et la filiale de distribution Maes est sortie du rouge, ajoute-t-elle.

Bref, depuis qu’il est tombé dans l’escarcelle du groupe Heineken suite au rachat de son ancien propriétaire Scottish & Newcastle en 2008, le challenger d’AB InBev sur son marché domestique se porte mieux. Et multiplie les initiatives. Ces deux dernières années, il a relancé la pils Maes et la bière d’abbaye Grimbergen. Son quartier général vient d’emménager voici deux mois dans de nouveaux locaux à Mechelen. Nouvelle étape dans son repositionnement, Alken-Maes ajoute un sixième item à son portefeuille de marques stratégiques: Desperados, la bière aromatisée à la tequila, rejoint Maes, Cristal, Grimbergen, Affligem et Mort Subite.

« Nous voulons continuer de progresser dans nos cinq marques stratégiques », martèle Pascal Gilet. Mais le brasseur a identifié un segment de consommation à gros potentiel de développement. En résumé, il s’agit des jeunes adultes, hommes et femmes, âgés de 18 à 29 ans, aimant faire la fête et prêts à boire vers 23 heures une bière au goût exotique titrant 5,9&flexSpace;% d’alcool plutôt qu’un spiritueux. Maes y voit une belle occasion d’encore doper sa croissance. Les ventes de Desperados ont crû de 30&flexSpace;% ces deux dernières années: des chiffres séduisants.

Une bière « made in France »

Importée dans notre pays par la société Jet Import, la Desperados est en réalité une bière française. Elle est brassée depuis 1995 par l’Alsacien Fischer, qui a rejoint un an plus tard le groupe Heineken. Alken-Maes a passé un accord avec Jet Import, d’où il ressort qu’à dater du 1er juin prochain, il deviendra le propriétaire de la marque Desperados et son distributeur en Belgique. Le brasseur et la PME de distribution, qui importe aussi Red Bull sous nos latitudes, collaboreront: l’expérience de Jet Import sera précieuse pour le brasseur dans le secteur horeca et les milieux branchés, alias le cœur de cible du produit.

Alken-Maes a créé en son sein une nouvelle unité commerciale, baptisée « Fun & Cool » et qui démarre avec six personnes à bord. Elle est chargée de développer la nouvelle marque stratégique et de plancher sur d’autres innovations à venir. L M.Lw.

source : l’écho

Depuis qu’il fait partie du giron d’Heineken, le 2e brasseur du pays multiplie les opérations commerciales pour redevenir le vrai challenger d’AB InBev. En juin, il reprendra en main le destin de la Desperados, l’une des marques globales de sa maison mère.

Plus de doute. Depuis trois ans qu’Alken-Maes fait partie du groupe néerlandais Heineken, le numéro deux du marché belge est reparti de l’avant. Après le lancement de la nouvelle Maes et la relance de la Grimbergen à grands coups de campagnes marketing, le déménagement du siège social dans un quartier général flambant neuf à Malines et l’adoption d’un logo plus moderne, voilà que le brasseur s’apprête à frapper un grand coup cet été avec la Desperados, une marque globale de sa maison mère.
Cette bière, à la consonance mexicaine, est en réalité une marque française créée en 1996 par la brasserie strasbourgeoise Fischer. «La Desperados est vendue à plus d’un million d’hectolitres dans une cinquantaine de pays du monde entier. En France, c’est la quatrième marque en valeur», précise Pascal Gilet, le Français arrivé à la tête d’Alken-Maes il y a un an.
Main dans la main avec Jet Import
La Desperados ne sera pas une totale nouveauté sur le marché belge. Elle y est en effet commercialisée depuis 10 ans par la société Jet Import, l’importateur de Red Bull et de Corona. Concrètement, explique Pascal Gilet, à partir du 1er juin, Alken-Maes reprend en main la destinée de la marque en Belgique, à savoir sa commercialisation et son marketing dans tous les canaux de distribution (supermarchés, magasins de proximité, night shops, stations-services, etc.) à l’exception des bars branchés et des discothèques, où Jet Import, bien introduit, demeurera l’agent commercial de ce produit pour le brasseur.
Pour ce faire, Alken-Maes a décidé de créer une business unit spécifique baptisée «Fun & Cool». La mise en place de ce nouveau département entraînera la création de six nouveaux emplois. «Notre objectif est de construire de nouvelles marques sur le marché belge et de démontrer notre côté innovant», indique Lies Eeckman, l’ancienne responsable marketing de la marque Maes qui dirigera le service «Fun & Cool». Dans une enquête menée par la chaîne musicale MTV auprès de 1.500 jeunes, Desperados arrive en deuxième position des bières les plus cool derrière Jupiler. «C’est une marque fortement créatrice de valeur comme d’autres bières spéciales telles que les trappistes. En Belgique, Desperados représente de plus gros volumes que la bière mexicaine Corona», indique le patron d’Alken-Maes sans lâcher de chiffre.
Parts de marché en légère hausse
L’objectif de l’opération Desperados est bien évidemment de doper les volumes du groupe, dont l’ambition est toujours de redevenir le vrai challenger d’AB InBev sur le marché belge. Du moins, un n°2 plus fort. En 2010, la part de marché d’Alken-Maes est passée de 11,3 à 11,8 %. «A court terme, notre croissance se confirme, précise Pascal Gilet. A la fin mars 2011, sur 12 mois cumulés, d’après Nielsen, nous sommes en progression de 6 % alors que le marché n’a crû que de 0,3 %.» Certes, ces chiffres sont encore très éloignés de ceux d’AB InBev, le leader incontesté qui s’accapare plus de 50 % du marché mais, grâce à sa maison mère Heineken, la société belge a enfin les moyens de ses ambitions.
Selon le brasseur, le projet Desperados lui permet de répondre à un besoin des consommateurs qui était jusqu’à présent couvert par les boissons énergiques et lesalcopops (sodas alcoolisés à base de vodka ou autre alcool) mais encore par aucun brasseur. La nouvelle bière, qui vient compléter le casier d’Alken-Maes (Maes, Grimbergen, Mort Subite, Cristal, Affligem, Brugs), est à base de téquila, titre 5,9 % d’alcool, cible les jeunes adultes de 18 à 25 ans et les femmes. Elle se boit à la bouteille avec un zeste de citron vert…
source : trends tendance -Sandrine Vandendooren
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :