Le « social buying » débarque en force en Belgique

Groupolitan, PromoCity, CoolCoups ou GossipZone. Ils sont nombreux à vouloir leur place sur ce marché encore embryonnaire
 Nouveau phénomène de l’économie internet, « l’achat groupé », qui s’inscrit dans la mouvance du « social buying », connaît une croissance fulgurante grâce au développement rapide des réseaux sociaux. L’idée globale consiste à proposer des services à des prix réduits, négociés auprès des commerçants, à condition qu’il y ait un nombre suffisant d’acheteurs. Dans ce domaine où les déclinaisons sont nombreuses, le site Groupon, qui a récemment entamé une levée de fonds record, fait figure de leader charismatique.

Un business qui rapporte gros, vite ET…

Les entrepreneurs du monde entier se sont évidemment empressés d’exporter ce concept rémunérateur sur leurs marchés nationaux. « Tout le monde y gagne. Le commerçant d’abord. Parce que nous lui apportons non pas des prospects mais des clients qui ont déjà payé. L’acheteur, ensuite, car il paye un prix réduit pour un service de qualité », résume Laurent Jacob, co-fondateur de Groupolitan.be, premier arrivé sur le marché belge en juin dernier. Quant au site lui-même, il se rétribue en prélevant une marge de commissionnement sur les services et produits qu’il vend. Cette marge est très variable. Pour Groupon, par exemple, on parle de 30 à 50%. Mais pour les acteurs belges du marché, il est raisonnable de penser qu’elle se situe en deçà de cette fourchette.

Avec Groupolitan.be, PromoCity.be est un des plus « vieux » à s’être lancé. Basé sur le même modèle économique, cette société familiale aux capitaux 100&flexSpace;% belges n’est active qu’en Belgique alors que Groupolitan.be se veut transnational avec une présence en France et plus récemment en Hollande.

Mais tous deux s’accordent pour dire que l’ampleur du phénomène est significative. « En termes de croissance, on en est à 40% par mois. Nous avons déjà six mois d’avance sur notre business plan », se réjouit Jacob. Même son de cloche du côté de Philippe Streydio, Regional Sales Manager chez Promocity.be. « On enregistre une belle croissance du chiffre d’affaires; on approche même le break-even ».

… un marché encore embryonnaire

Les derniers arrivés, comme CoolCoups.be débarqué il y a trois mois, se montrent également optimistes. « Clairement, le phénomène prend de l’ampleur. Mais c’est encore un marché très embryonnaire même si les Belges sont de plus en plus nombreux à acheter sur internet », remarque Patrick Tournoy, co-fondateur.

Loin d’être saturé, le marché offre donc des opportunités intéressantes. Si tous proposent le même mode de fonctionnement et s’axent généralement sur la vente de services plutôt que de produits, certains, comme GossipZone, tentent ainsi de se diversifier. « Chez nous, le deal est validé d’office. En outre, on se situe plus dans une niche du haut de gamme, high-style, trendy.

Et nous envisageons de travailler prochainement avec de grandes marques », explique David Mendlewicz l’un des co-fondateurs.

CoolCoups.be joue, lui, la carte de l’association. « Nous avons un actionnariat croisé avec ventes-exclusives.com », commente ainsi Tournoy.

Un « partenariat » stratégique pour ce candidat plus tardif mais philosophe car après tout, « ce n’est pas toujours le lièvre qui gagne la course ».

source : l’echo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :